Revue Africaine des Livres

Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle

Les recensions de livres ont toujours occupé une place importante dans les revues académiques et  professionnelles. En effet, certaines revues ont été primées aussi bien pour leurs articles que pour leurs recensions qui pouvaient constituer parfois jusqu'à 50% du volume des publications. Par la suite, un genre spécifique de publications est apparu, cette fois spécifiquement consacré à la recension de livres, comportant quelques essais critiques et analytiques. Nous pensons à des publications célèbres telles que la New York Review of Books, et la London Review of Books. Plus récemment, Biblio, publié à New Delhi, est devenue la concurrente asiatique (ou du Sud) des Revues métropolitaines bien établies, et rivalise de pertinence et de rigueur analytique avec ces dernières. Les recensions de livres contenues dans ces publications sont bien évidemment plus substantielles et adoptent un ton plus critique que celles présentées dans les revues académiques standards.

Jusque récemment, la recension des livres africains était effectuée par des revues d'études africaines basées en Europe et aux États-Unis, dont le Journal of African History, l'International Journal of African Historical Studies, le Journal of Modern African Studies, l'African Affairs ou encore l'African Studies Review. La Michigan State University a lancé il y a peu de temps un réseau de revues électroniques plus étendu, les H-Net Reviews (Revues HNet).

Ces revues et médias électroniques ont accompli une formidable tâche en introduisant en et évaluant des publications portant sur l'Afrique. Elles souffrent cependant de deux lacunes majeures. La première est la participation restreinte du mi1ieu académique africain au processus de recension. La seconde est le fait que les ouvrages publiés sur le continent même sont faiblement représentés dans ces publications, soit parce qu'ils ont fait l'objet d'une trop faible publicité ou parce qu'ils sont publiés dans des langues africaines. La Revue africaine de livres a été conçue pour combler ces lacunes. Elle est destinée à présenter à un large public des ouvrages publiés par de jeunes chercheurs, ainsi que les riches oeuvres de chercheurs et écrivains vétérans du milieu. En outre, la RAL accorde la priorité à l'Afrique, qui s'est jusqu'ici à peine fait entendre dans le cadre des discussions autour des ouvrages sur l'Afrique; elle est également destinée à dissiper la vague d'afro pessimisme en vogue dans certains cercles occidentaux. En conséquence, la plupart des contributeurs à la Revue seront des universitaires africains évoluant en Afrique ou appartenant à la Diaspora.

De plus, la RAL ambitionne de transcender les barrières disciplinaires qui ont jusqu'ici limité la plupart des recensions de livres académiques. Elle est destinée à dépasser les traditionnels cloisonnements disciplinaires en produisant des recensions sur l'art, la littérature, le théâtre, le cinéma et les médias, ainsi que sur d'autres disciplines des sciences sociales de manière générale. Nous espérons que la Revue servira de forum capable d'analyser un maximum d'ouvrages sur l'Afrique. Et sera à même d'entretenir des débats approfondis autour d'oeuvres de référence. La RAL favorisera ainsi un climat intellectuel vivant, ainsi qu'une riche culture de débats autour de questions de développement. Les oeuvres à recenser consisteront en des publications diverses, allant de descriptions de la vie quotidienne à l'analyse des changements de portée continentale et mondiale.

Le premier lectorat de cette Revue sera constitué par les communautés intellectuelles qui s'intéressent à l'Afrique, de l'intérieur comme de l'extérieur du continent. Ce sont les universitaires, les chercheurs, les diplômés de l'enseignement supérieur, et les écrivains. La Revue cible également le public « non académique» qui démontre un intérêt particulier pour le continent africain. Il s'agit des décideurs politiques, des organisations non gouvernementales et celles de la société civile, de la communauté de bailleurs de fonds, ainsi que tous les lecteurs en général.

Le Forum for Social Studies (Forum pour les études sociales) est fier d'avoir été sélectionné pour conduire ce forum favorisant la revue critique et l'analyse des publications sur l'Afrique. Même si le FSS s'est jusqu'ici principalement impliqué dans les affaires nationales, il les a cependant toujours analysées à partir d'une perspective continentale. Cela a été rendu possible grâce à l'alliance de ses dirigeants avec les réseaux de recherche continentaux et sous-régionaux, tels que le CODESRIA et l'OSSREA. Sa mission de conduite de la RAL ancre davantage le FSS dans l'orbite continentale. Il s'agit là d'un véritable défi auquel cette organisation a été préparée au cours des six dernières années. Le FSS a répondu à cet appel en étant conscient de l'immensité du travail à accomplir, mais également, en étant déterminé à donner le meilleur de ses capacités. Il s'agit, en effet, d'une initiative qui vient combler un besoin de longue date, et vient exaucer les voeux de la communauté africaine de recherche en sciences sociales.

Nous sommes prêts à nous surpasser pour réaliser cet objectif, et espérons sincèrement que nous bénéficierons en retour du soutien de la communauté académique et de la communauté de chercheurs intéressés par l'Afrique, ainsi que de celui des groupes et individus évoluant hors du monde académique, pour qui cette initiative marque un véritable tournant sur le plan de la critique des publications africaines et des questions concernant l'Afrique. Le succès d'un tel projet dépend aussi bien de l'active participation du public concerné que de l'engagement et du travail acharné de l'équipe rédactionnelle.

Auteur

Le Forum pour les études sociales

Africa Review Of Books / Revue Africaine Des Livres

Volume 1 N° 1, Octobre 2004