Afrique : Le Virage Technologique

Technologie de l’information et de la communication pour le développement en Afrique, Volume 3, La mise en réseau d’institutions d’apprentissage – SchoolNet
Coordonné par Tina James
CRDI, 2005, Edition : septembre 2004 (CODESRIA), 294 pages, £ 14.00/
$20.00,
ISBN : 2-86978-117-2,
 
En collaboration avec la « World Links for Development Program » de la Banque Mondiale, le Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI) a lancé, dès 1997, un programme appelé « Acacia » pour faciliter l’action - recherche dans le domaine des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). Au terme de cinq années d’expérimentation, un cadre d’évaluation a été mis en place afin de tirer le maximum d’informations relatives aux travaux menés au Sénégal, en Afrique du Sud, au Mozambique, en Ouganda, en Angola, en Zambie, au Lesotho, en Namibie et au Zimbabwe.
 
Fruit d’un travail collectif, l’étude menée sous la direction de Tina James ouvre la voie à des recherches nouvelles dans ce domaine. Pour les auteurs de l’ouvrage, la dissémination des leçons tirées de cette expérience est importante. Elle mérite qu’on s’y attarde. S’il n’apporte pas de solution idoine aux problèmes que rencontre l’Afrique dans son développement, l’ouvrage met toutefois en exergue les questions essentielles qui restent à maîtriser, et les besoins criards en ressources et technologies de l’information et de la communication.
 
Les auteurs montrent bien que l’accès à la culture, à l’information et à la communication n’est guère une entreprise simple, exempte de problèmes ; la nature de cet accès étant étroitement liée à l’appropriation des nouvelles techniques ; mais, selon eux, l’évolution des matériels, la multiplication des logiciels, l’abaissement de leur coût et la mise en réseaux augmenteront et diversifieront, sans aucun doute, les utilisations. La connectivité des établissements scolaires et leur mise en réseaux constituent, en Afrique, une grande avancée car le continent ne dispose ni de compétences avérées suffisantes, ni de matériel adéquat, contrairement aux pays industrialisés.
 
Ainsi, en dépit des discours tenus ici et là, la première assertion que rappellent les auteurs de l’ouvrage est que les TIC sont incontournables dans cette nouvelle société de l’information, qui s’impose à la planète toute entière. En mettant en lumière les questions essentielles qui restent à maîtriser, les auteurs pensent que les questionnements ne peuvent aboutir à des éclaircissements que si l’enseignement et la formation se donnent pour mission de transmettre un savoir et un savoir-faire accompagnés d’une réflexion sur la pratique. Pour T. James, un système d’enseignement bien conçu ne peut et ne doit éluder ces considérations au risque d’accroître le décalage, voire la fracture, entre l’évolution technologique et les mutations psycho-sociales qu’elle engendre.
 
Faire face aux exigences du monde contemporain, tel semble être le maître-mot de cette initiative-pilote, résumée à travers cet ouvrage consacré à la mise en réseau d’institutions d’apprentissage, le troisième d’une trilogie1 consacrée au développement technologique en Afrique. Les auteurs se penchent, à travers les trois premiers chapitres2, sur les effets des mutations technologiques en tentant d’en appréhender les différents aspects. Tout en soulignant l’importance d’une grande maîtrise des techniques, les auteurs des cinq autres chapitres de l’ouvrage3, s’attachent à mettre en exergue les lignes force de ce « séisme » technologique dont les ondes de choc semblent annonciatrices de réformes fondamentales.
 
L’étude des SchoolNet (nées au Canada et en Europe au début des années 80), « africanisées » et fonctionnant sur une base communautaire, constitue un moyen de transformation radicale de l’enseignement et de l’apprentissage. L’expérience, pilotée par des promoteurs africains, sous l’égide du CRDI et du CODESRIA (4), a pris racine en Afrique au début des années 90 pour ensuite essaimer sur l’ensemble du continent africain.
 
Qu’en est-il, quinze années plus tard ? Les différents succès, obtenus selon les promoteurs de l’initiative, incitent à l’optimisme, même s’il est prématuré de parler d’une plus value éducative, l’enseignement et l’éducation, étant à leurs yeux, les réponses pertinentes et incontournables pour faire face au développement. Dans leur esprit, la révolution éducative au niveau des établissements scolaires est en marche, et les limites du possible reculent chaque jour davantage, même si les difficultés rencontrées pour intégrer les TIC et susciter une prise de conscience auprès des décideurs, demeurent.

notes

​1 Vol.1 : « Potentialités et défis pour le développement communautaire », sous la direction de Ramata Molo Thioune. Vol 2 : « L’expérience des télé centres communautaires », sous la direction de Florence Etta et Shiela Parvyn Wamahieu.
2 Signés par Shafika Isaacs, Irène Broekman, Thomas Mogale, Tina James et Malusi Cele
3 Au Mozambique Ephraim Siluma, Daniel Browde et Nicky Roberts, au Sénégal, Ramata Molo AwThioune et El hadj Habib Camara, en Afrique du Sud, Edward Holcroft et en Ouganda, Anne Ruhweza, Grace Baguma et Florence Etta.

Auteur

Mohamed BENSALAH

Pagination

Pages 16

Africa Review of Books / Revue Africaine des Livres

Volume 02 N° 02 - Septembre 2006

logo du crasc
C.R.A.S.C. B.P. 1955 El-M'Naouer Technopôle de l'USTO Bir El Djir 31000 Oran
+ 213 41 62 06 95
+ 213 41 62 07 03
+ 213 41 62 07 05
+ 213 41 62 07 11
+ 213 41 62 06 98
+ 213 41 62 07 04

© Copyright 2018 CRASC. Tous droits réservés.

Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle

Plate-forme réalisé par : BAKIR Ilyes

Par Prodata.xyz

Please publish modules in offcanvas position.